Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

.

  • : Les sept esprits méchants - © 2005 www.royaume-de-dieu.net
  • Les sept esprits méchants  - © 2005 www.royaume-de-dieu.net
  • Contact

Videos d'enseignement

logo.jpg
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 10:01

 

Le nom Amorrhéen veut dire « montagnards, renommés »
et comme le mot « montagne » renvoie à de grandes masses de terre impressionnantes
qui dominent les vallées,
nous pouvons déduire que l’Esprit amorrhéen est un esprit d’exaltation du Moi...


 

suite

 


 

5. Malchus, le serviteur...


En Jean 18, 10, alors que Jésus était sur le point d’être arrêté par la foule des officiers du Souverain Sacrificateur - c’est-à-dire les « Jébusiens des Amorrhéens » - Simon Pierre fit la chose suivante :

« Simon Pierre donc, ayant une épée, la tira et frappa l’esclave du souverain sacrificateur et lui coupa l’oreille droite ; et le nom de l’esclave était Malchus. »


Pourquoi Simon Pierre a-t-il coupé l’oreille droite ?

Certains pourraient dire :

« Et bien, il était pêcheur, pas soldat, alors il n’a pas bien su viser avec son épée ! »


J’accepterais peut-être une telle réponse si nous considérions ce passage depuis une perspective naturelle. Mais nous pouvons être sûrs que Dieu veut nous dire quelque chose, puisque le Saint Esprit a pris la peine de rappeler à Jean de préciser quelle oreille avait été touchée.


Tous les événements qui se produisent dans le monde matériel sont les conséquences de ce qui se passe dans le monde spirituel.


Pour ne citer que les paroles « Nous sommes des esprits dans un monde matériel » du chanteur STING...


  • L’oreille, de manière assez évidente, fait référence à l’action d’écouter.

Ce qui, dans l’Écriture, est très lié au concept d’obéissance aux ordres de quelqu’un.

On ne peut pas être un bon serveur, par exemple, si l’on n’écoute pas attentivement la commande des clients.
On ne peut pas être un bon employé si l’on n’écoute pas les ordres de son patron.
On ne peut pas être un bon esclave si l’on n’écoute pas attentivement les ordres de son maître :


« Prête-Moi attention, Mon peuple, et prête-Moi l’oreille, Ma nation ! %%% > Car Ma loi sortira d’auprès de Moi, et J’établirai Mon Jugement pour une lumière des peuples. »


« Moïse appela tout Israël, et leur dit : Écoute, Israël, les statuts et les ordonnances que je prononce aujourd’hui à vos oreilles, vous les apprendrez, et vous les garderez pour les pratiquer. »


« Si ton frère, un Hébreu, homme ou femme, t’a été vendu, il te servira six ans, et, la septième année, tu le renverras libre de chez toi. Et quand tu le renverras libre de chez toi, tu ne le renverras pas à vide. Tu lui donneras libéralement de ton menu bétail, et de ton aire, et de ta cuve, tu lui donneras de ce en quoi l’Éternel, ton Dieu, t’aura béni ; et tu te souviendras que tu as été serviteur dans le pays d’Égypte, et que l’Éternel, ton Dieu, t’a racheté ; c’est pourquoi Je te commande ces choses aujourd’hui.
Et s’il arrive qu’il te dise : « Je ne sortirai pas de chez toi », (car il t’aime, toi et ta maison, et il se trouve bien chez toi), alors tu prendras un poinçon et tu lui en perceras l’oreille contre la porte, et il sera ton serviteur pour toujours ; et tu feras aussi de même avec ta servante.
Ce ne sera pas à tes yeux chose pénible de le renvoyer libre de chez toi, car il t’a servi six ans, ce qui te vaut le double du salaire d’un mercenaire ; et l’Éternel, ton Dieu, te bénira dans tout ce que tu feras. »


Remarquez comment le signe de l’esclavage permanent était fait en perçant l’oreille de l’esclave contre la porte. Deutéronome 15, 17

Simon Pierre a coupé l’oreille droite du serviteur, comme s’il essayait de le libérer de son esclavage envers son maître amorrhéen, de son obligation de l’écouter et de lui obéir. (C’est comme aller au zoo, ouvrir la cage du zèbre et lui dire : « Va, va, cours et sois libre comme l’air ». Ce zèbre-là, cependant, ne voulait pas quitter sa cage.)

Malchus le serviteur était à l’aise dans son état d’esclavage, dans cette dépendance à son maître amorrhéen.

C’est pourquoi Jésus lui a remis l’oreille, pour indiquer qu’il ne voulait pas être libre. Jésus signifiait aussi à Simon Pierre qu’il essayait de faire les choses de la mauvaise manière.


  • Le côté droit dans l’Écriture est généralement lié à la mise en place de l’autorité.


C’est pourquoi Simon Pierre a coupé l’oreille droite, et non la gauche :

« L’Éternel a dit à Mon Seigneur : Assieds-toi à Ma droite, jusqu’à ce que Je mette tes ennemis pour le marchepied de Tes pieds.
L’Éternel enverra de Sion la verge de Ta force : domine au milieu de Tes ennemis !
Ton peuple sera un peuple de franche volonté, au jour de Ta puissance, en sainte magnificence. Du sein de l’aurore Te viendra la rosée de Ta jeunesse.
L’Éternel a juré, et Il ne se repentira point : Tu es sacrificateur pour toujours, selon l’ordre de Melchisédec !
Le Seigneur, à Ta droite, brisera les rois au jour de Sa colère.
Il jugera parmi les nations, Il remplira tout de corps morts, Il brisera le chef d’un grand pays.
Il boira du torrent dans le chemin, c’est pourquoi Il lèvera haut la tête. »


Couper l’oreille droite de Malchus, c’était comme lui dire : « N’écoute plus cette autorité à laquelle ton cœur a cédé. Cède ton cœur à l’Autorité invisible de Jésus, non à l’autorité visible du Souverain Sacrificateur. »


La méthode de Simon Pierre était mauvaise, bien que son idée fût bonne. Aucun moyen humain ne peut délivrer les Malchus de ce monde de l’esclavage qu’ils se sont eux-mêmes imposé.

« Jésus est Sacrificateur selon l’ordre de Melchisédec. »

''Psaumes 110, 4 ;
Hébreux 5, 6''.

Ce type de sacerdoce ne peut pas être discerné avec l’œil naturel, contrairement au sacerdoce d’Aaron :
Malchus suivait le Souverain Sacrificateur aaronique, parce que son sacerdoce était visible dans le naturel.
Il rejetait le Souverain Sacrificateur selon l’ordre de Melchisédec, parce que Son Autorité n’était pas visible dans le naturel.


Cependant ceux qui demeurent dans le sacerdoce de Melchisédec briseront des rois terrestres. Psaumes 110, 5
Ironiquement, Malchus signifie roi car c’est la version grecque du mot hébreu melek mentionné au début de cet article. « Malchus le serviteur » est donc contradictoire dans les termes.


  • Malchus est une figure de tant de croyants qui ne se sont pas éveillés à la conscience d’être :

- des rois spirituels, Apocalypse 1, 6 ; 2, 26 ; 3, 21
- de puissants êtres spirituels,
- des conquérants forts,
appelés à reprendre à Satan l’atmosphère spirituelle, afin que le Royaume de Dieu puisse être établi.


Nous avons le Nom d’un Roi !
Mais nous agissons et vivons comme des serviteurs...


Nous sommes des êtres spirituels puissants, appelés à manifester la Puissance et la Gloire de Dieu !

Mais nous nous sommes résignés à vivre des vies terrestres confortables, dans la chaleur et sous la couverture - spirituelle - de coqs amorrhéens, qui nous enferment avec bonheur dans leur harem de poules.

« Cieux, soyez étonnés de ceci, frissonnez, et soyez extrêmement confondus, dit l’Éternel.
Car Mon peuple a fait deux maux, ils M’ont abandonné, Moi, la source des eaux vives, pour se creuser des citernes, des citernes crevassées qui ne retiennent pas l’eau.
Israël est-il un serviteur ? Est-il un esclave né dans la maison ? Pourquoi est-il mis au pillage ?
Les jeunes lions ont rugi contre lui, ils ont fait retentir leur voix, et ils ont mis son pays en désolation ; ses villes sont brûlées, de sorte qu’il n’y a plus d’habitant. »


L’expression mis au pillage, à la fin du verset 14, devrait être en réalité traduite par : pris comme butins. Les Amorrhéens aiment prendre des butins.

En tant que type prophétique, Simon Pierre, dans son matérialisme terrestre, a essayé de libérer Malchus par des moyens humains.


  • « L’église Malchus » cependant ne peut être libérée que par des hommes et des femmes qui, comme le Seigneur Jésus, sont prêts à mourir.

Les coqs amorrhéens menacent toujours de mort les poulets insoumis !

Cette mort peut prendre plusieurs formes :
Par exemple, j’ai entendu des pasteurs amorrhéens prêcher ainsi :

« Si vous ne vous soumettez pas aux autorités de votre église locale, vous serez laissés de côté au moment de l’enlèvement. »


D’autres :

« Si vous ne demandez pas ma couverture spirituelle pour assister à cette Conférence, Dieu ne vous y bénira pas. »

Ou encore :

« Si vous n’obéissez pas aux ordres de votre pasteur, Dieu ne fera pas prospérer vos affaires. ».

Ce sont là différentes manières de dire :

« Si vous ne vous soumettez pas à moi, vous mourrez. »


Par conséquent, ceux qui sont prêts à mourir deviennent les libérateurs des Malchus.

Les Amorrhéens ne peuvent pas utiliser la mort comme arme pour les empêcher de parler puisqu’il n’est pas possible de les intimider par des menaces de mort.

Leur résistance spirituelle ne peut pas être annulée, même quand les Amorrhéens les tuent, comme ils l’ont fait avec Jésus. Leur sang crie de la terre vers Dieu et déclenche Son indignation justifiée envers les Amorrhéens !

C’est pourquoi la terre a tremblé quand Jésus est mort, et beaucoup de ceux qui étaient prisonniers ont été libérés à ce moment :

« Jésus, ayant encore crié d’une forte voix, rendit l’esprit.
Et voici, le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas ; et la terre trembla, et les rochers se fendirent, et les sépulcres s’ouvrirent ; et beaucoup de corps des saints endormis ressuscitèrent, étant sortis des sépulcres après Sa Résurrection, ils entrèrent dans la sainte ville, et apparurent à plusieurs. »


Les Amorrhéens signent leur propre arrêt de mort en tuant les libérateurs. Malheureusement, peu sont prêts à donner leur vie - au sens propre ou figuré - pour voir les Malchus libérés.


J’espère, mon frère et ma sœur en Christ, que vous êtes l’un de ces libérateurs !





6. Tellement plus à dire !


Il y a tellement plus à dire concernant l’ Esprit Amorrhéen.

Dieu voulant, nous publierons de futurs articles - où nous continuerons à étudier les Amorrhéens et la Parole prophétique que Dieu a déjà proclamée contre ces Esprits et ceux qui les portent dans leur cœur.


La claudication et le mutisme que l’Amorrhéen, le Jébusien et le Guirgasien ont imposés à l’Église, seront brisés, et la Gloire de Dieu sera vue dans Sa Maison !


« Voici, un roi régnera en justice, et des princes domineront avec droiture ;
et il y aura un homme qui sera
- comme une protection contre le vent et un abri contre l’orage,
- comme des ruisseaux d’eau dans un lieu sec,
- comme l’ombre d’un grand rocher dans un pays aride.

Et les yeux de ceux qui voient ne seront pas aveuglés,
et les oreilles de ceux qui entendent écouteront,
et le cœur de ceux qui vont étourdiment sera intelligent dans la connaissance,
et la langue de ceux qui bégaient parlera promptement et clairement.

L’homme vil ne sera plus appelé noble, et on ne dira pas l’avare généreux.
Car l’homme vil dira des choses viles, et son cœur commettra l’iniquité pour pratiquer l’impiété et pour dire l’erreur contre l’Éternel, pour rendre vide l’âme qui a faim et ôter la boisson à celui qui a soif. Les armes de l’avare sont mauvaises ; il trame des artifices pour détruire les débonnaires par des dires mensongers, même quand le pauvre parle droitement.
Mais l’homme noble se propose des choses nobles, et il se maintiendra par des choses nobles.

Levez-vous, femmes qui êtes à votre aise, écoutez Ma voix ; vous filles qui vivez en sécurité, prêtez l’oreille à ce que Je dis :
Dans un an et des jours vous serez agitées, vous qui êtes en sécurité ; car c’en est fait de la vendange, la récolte ne viendra pas.
Tremblez, vous femmes qui êtes à votre aise ; soyez agitées, vous qui vivez en sécurité. Dépouillez-vous, et mettez-vous nues, et ceignez le sac sur vos reins.
On se frappe la poitrine à cause des champs agréables, à cause des vignes fertiles.
Sur la terre de Mon Peuple croissent des épines et des ronces, même sur toutes les maisons de délices de la cité joyeuse.

Car le palais est délaissé, le tumulte de la ville est abandonné. Ophel et la tour de la sentinelle seront des cavernes pour toujours, les délices des ânes sauvages, un pâturage des troupeaux,
jusqu’à ce que l’Esprit soit répandu d’En-Haut sur nous, et que le désert devienne un champ fertile, et que le champ fertile soit réputé une forêt. »


« Il abat ceux qui habitent en haut ; Il abaisse la ville haut élevée, Il l’abaisse jusqu’en terre, Il la fait descendre jusque dans la poussière,
le pied la foulera, les pieds des affligés, les pas des misérables.
Le chemin du juste est la droiture. Toi qui es droit, Tu aplanis le sentier du juste.

Oui, dans le chemin de Tes Jugements, ô Éternel, nous T’avons attendu ; le désir de notre âme est après Ton Nom et après Ton Souvenir.

Mon âme Te désire de nuit ; oui, mon esprit, au dedans de moi, Te cherche diligemment ; car, lorsque Tes Jugements sont sur la terre, les habitants du monde apprennent la justice.

Si l’on use de grâce envers le méchant, il n’apprend pas la justice ; dans le pays de la droiture il fait le mal, et il ne voit pas la Majesté de l’Éternel.

O Éternel, Ta main est élevée, mais ils ne voient point ; mais ils verront Ta Jalousie pour le peuple et seront honteux. Oui, le feu qui attend Tes adversaires les dévorera. »




Chapitre suivant : 4. Le Héthien

Page précédente : 2. Le Jébusien

Table des Matières : « Les Sept Esprits Méchants »




Partager cet article

Repost 0

commentaires

yan jacques 14/09/2015 18:00

je suis présentement en train de faire une recherche sur l esprits de jésabel esprits de prostitution et idolaterie politique a suivre.